Le Fort du Barbonnet ou Fort du Suchet

Voit de la Caponnière

Histoire: la Ligne Maginot était un complexe de fortifications, d’équipements, de casernes, de batteries, de dépôts de munitions réalisés de 1928 à 1940 à la garde des frontières françaises.
Ce n’était pas une ligne fortifiée continue parce que les ouvrages étaient situés dans des zones bien déterminées, dans des voies de communication, dans des zones industrielles et minières.

Dans les Alpes, la Ligne Maginot a été définie Ligne Maginot Alpine et servait à défendre la France contre l’invasion italienne.
La devise de la Ligne Maginot était “On ne passe pas”, c’est-à-dire qu’on ne passe pas, pour confirmer l’inviolabilité absolue des frontières françaises.

Aujourd’hui, 31 mars, après avoir visité le Fort Agaisen, chacun avec son propre véhicule, nous partons en direction de Fort Suchet dit du Barbonnet. Redescendons à Sospel et remontons jusqu’au mont Barbonnet.
Heureusement, cette fois-ci, je suis les voitures devant moi et j’évite de me perdre !

L’entrée du fort Barbonnet

Arrivés près du Fort ont as été accueilli par le président et les membres de l’association qui nous ont invités à rentrer à l’intérieur du Grand Portail. Quelle èmotion!

Avec quelques manœuvres, je positionne ma voiture pour après repartir. Tous les autres se mettent devant moi.

La cour des casernements troupe du fort

Il est 15 h 15, et René, le président de l’Association Edelweiss, nous raconte l’histore du fort. L’association est chargée de l’organisation des visites qui se déroulent habituellement en juillet et en août. Le fort appartient à l’armée.

Le Fort dû Barbonnet à été construit entre l’année 1883 et le 1886 avec un coût d’environ 200.000.000 d’euros actuelle relatif à la première partie structurelle. Sa mission était d’empêcher une invasion de Nice en surveillant la Vallée de la Bevera. Il fut le Fort le plus puissant au niveau des armements et le plus important des Alpes-Maritimes. Il fut le premier à être équipé de deux tourelles blindées tournantes Mougin modèle 1876, chaqu’une armée de deux canons de 155/77. Cela fut une première car avant ça ce modèle de tourelle été utilisés que sur les bateaux.

Dans le fort, on pouvait avoir une autonomie de deux ans en ce qui concerne l’eau et de six mois pour tout le reste. L’armement était constitué de 4 canons de 155/77 en tourelle, 7 mortiers de 150 mm, 1 mortier de 320 mm, 10 canons de 95 mm et 7 canons revolver de 40 mm. En particulier, six canons tiraient vers la frontière italienne, quatre vers Menton, et les mortiers défendaient la montagne. Le canons revolver , dans des caponiers ( nord-sud et ouest) tiraient en cas d’attaque des troupes. A gauche du fort, il y avait les chambres pour les hommes et les sous-officiers, sur le droit, tous les locaux logistiques (cuisine de la troupe e des sous-officiers, ,paneterie, magasin d’habillement, infirmerie…)

Il est 16 heures et on commence la visite à l’extérieur ! Je suis un peu fatiguée.
La fortification est entourée d’un fossé périmétral large 8 mètres et 6 à 7 mètres de haut.
Nous allons voir la tourelle appelée Jeanne d’Arc: elle est composée de cinq éléments et d’une calotte qui, par gravité, tient l’ensemble. Un élément a les deux trous des bouches à feu des deux canons.

Tourelle Mougin Jeanne d’Arc

De là-haut, on voit tout le pays de Sospel et les montagnes autour. Un spectacle!!

Voit sur Sospel

Plus loin, les emplacements pour les six canons qui se trouvaient en plein aire parce que ils pensaient que l’ennemi ne pouvait s’approcher si près pour les menacer. En dessous se trouvaient les réserves des munitions et les abris des hommes.

Plate-forme de tir des canons

Au-delà , la tourelle appelée Bayard, désarmée de ses canons de 155/77 qu’ils ont été portés dans un musée du nord de la France.

Tourelle Moungin Bayard

Continuons le tour : au-delà du fossé, on voit le fort appelé nouveau, muni d’une station de détection des séismes. C’est pour ça qu’il nous est impossible d’aller plus loin. La fortification C.O.R.F. (1931-1935) devait se connecter avec l’ancien fort. Ce projet n’a jamais été concu parce que le terrain s’effondrait. Cependant la caserme et la centrale électrique de la C.O.R.F (Commission de l’organisation des régions fortifiées) furent construites. Elles servirent à répondre aux besoins du fort Barbonnet.

Dans les locaux situés en dessous se trouve l’exposition de différents types de canons antichars provenant des différents pays.

Canon français

Ensuite, nous accédons à l’unique tourelle blindée Mougin modèle 1876, visitable dans toute la France sur les 25 en totale qui avait été installés, c’est-à-dire la tour Jeanne d’Arc.

Les canons dans la Tourelle Jeanne d’Arc

La tourelle a deux niveaux. A l’étage supérieur se trouve la chambre de tir avec la tourelle de six mètres de diamètre et les deux canons de 155 Long 1877 à recul (50 cm) et le local en dessous de l’avancorace, où se trouve un secteur gradué avec l’indication des différents objectifs.

Secteur gradué

Sur le secteur gradué a été placé un contact qui, au cours de la rotation de la machine, donnait l’impulsion à ouvrir le feu lorsque les canons atteignaient la direction de la cible. Ce-ci limitait le temps où les bouches de feu étaient dirigées vers l’adversaire.

À l’étage inférieur se trouve la pompe hydraulique qui soulevait la structure de 1 à 2 cm, limitant les frottements de la tourelle sur les billes de roulement. Ce ci permettait aux quatre/cinq serveurs de la faire tourner à bras plus facilement.

Une chaîne sans fin donnait le mouvement à la tourelle avec deux vitesses de rotation : la première était d’un tour par minute, la seconde d’un tour toutes les trois minutes, c’est-à-dire le temps nécessaire pour recharger les canons.

Chaîne sans fin –  Tourelle Jeanne d’Arc

À l’intérieur de la tourelle, il y avait dix serveurs; plus bas dix autres passaient des munitions aux dix compagnons qui se trouvaient en l’interieur.

Nous arrivons au poste de commandement, puis nous verrons le système de chariots pour le remplissage des munitions et nous accéderons au boulangerie où se trouve un grand four.

Four du Fort

Dans les autres chambres, sont exposée des pièces d’artillerie, du matériel varié et des balles de la Seconde Guerre Mondiale des différentes nations.

Matériel Américain

Il sont le 18,00 et malheureusement, il ne reste plus de temps pour visiter les autres parties du fort Barbonnet. Certaines zones sont en cours de restauration. Je dois certainement fare une visite supplémentaire au Fort Barbonnet.

J’ai passé un après-midi riche en culture et histoire.

Je salue les membres de l’ASVAL e de l’Association Edlweiss.

J’attends que toutes les voitures partent et moi aussi je part en direction l’Italie.

Il m’attend un long voyage…

Erika Ambrogio
Informazioni su Erika Ambrogio 49 Articoli
Amo gli animali, la natura e tutto ciò che ha a che fare con la montagna.

Commenta per primo

Lascia un commento